• Les poèmes de la patrie

    Lisez ici tous les poèmes écrits par Charles Ducal dans le cadre de sa mission.

    Mercredi 29 janvier 2014 à 12h30 à Passa Porta, Charles Ducal dévoilera au public et à la presse son premier poème en tant que Poète National.

    Abonnez-vous à la lettre d’information pour ne rater aucun poème du Poète National.

Aurélien Dony : « Pour Tico »

Hommage à Tico, 86 ans, par Aurélien Dony, poète de 27 ans… Un partage.

 

Comme c’est étrange
Tout ce silence qui répond
A l’appel de Tico,

 

Il nous faudra du temps
Pour calmer nos sanglots
Et soigner nos douleurs

 

Tu ne nous aurais pas
Laissés le cœur en miette
Toi tant soucieux des autres
A allumer la nuit
Pour s’y sentir moins seul
A tendre main ouverte
A qui cherchait de l’aide

 

Tu nous laisses en partage
Cette ouverture à l’autre
Cette oreille attentive
Pour chaque homme
Pour chaque femme
Pour chaque enfant

 

Comme tu vas manquer

 

Toi qui t’étais fait fort
De servir ton pays
De donner tout ton cœur
Aux couleurs du drapeau
Tu nous laisses en partage
Tes yeux sur la Semois
Ton cœur comme boussole
Pour retrouver la sente
Tu nous laisses les arbres et tous les chants d’oiseaux

 

Tu nous laisses ta voix
Fragile comme un murmure
Toi qu’il fallait comprendre
Au détour d’un sourire ou d’un geste,
Toi qui fuyais le mot
Pour l’éclat d’un regard

 

Tu nous as tant laissé, cher papa, cher ami
Grand-père aux mains tranquilles,
Tant de toi près de nous
Que nous pleurons ce jour
Pour mieux porter demain
Ton souvenir à nos lèvres

 

Et briser le silence
En appelant Tico
Aux portes de l’absence.

Gioia Kayaga : « Pour Emile Ngondo Mbala »

Emile Ngondo Mbala, né le 02 octobre 1931 – décédé le 9 avril 2020

 

Il y a des êtres qui vivent dans un grand éclat de rire,

Qui viennent déposer une blague sur un jour triste,

Il y a des êtres toujours prêts à rendre service,

Dont la présence est une douceur, un délice.

Il y a des êtres qui partent le cœur serein,

Ils ont valeureusement  parcouru le chemin

Ils y ont semé de belles graines, pour demain.

Ils ont accompli leur destin.

 

Un vieux qui part, c’est une bibliothèque qui brûle,

Un autre monde, d’autres guerres, d’autres rêves, d’autres luttes.

Il était le témoin de ce qui change et de ce qui perdure,

Une grande bibliothèque solide en bois brut.

Une grande bibliothèque renfermant mille savoirs,

Mille souvenirs, mille histoires,

Des romans d’aventures et de vieux grimoires,

Les mille reflets de son miroir.

 

J’imagine pour ses proches, le désespoir,

La tristesse qui les gagne quand vient le soir,

Les sourires qui se faufilent parfois entre les larmes,

Les souvenirs pour accompagner le drame.

Il a cru pouvoir profiter de cette période de confinement,

Pour s’en aller humblement, discrètement,

Mais vieux Ngondo Mbala, tu ne t’en tireras pas si facilement,

Je devine aujourd’hui des âmes qui se connectent à distance,

Je devine bientôt pour toi de grands rassemblements,

Avec amis, famille et partout des enfants :

Portant leur deuil en partage,

Honorant ton héritage,

Célébrant un vieux sage,

Chantant ton âme et son visage,

Accompagnant ton passage,

Ton voyage vers d’autres rivages.

 

Tu rejoins le pays des ancêtres,

Le pays de ceux qui ne peuvent plus jamais disparaître,

Dont le corps physique est devenu pure Lumière ;

Le pays de ceux qui veillent, protègent et aident

Les petites graines qu’ils ont plantées sur cette terre.

Gioia Kayaga : « Au personnel soignant »

Ils.elles ne sont pas devenu.e.s des héros ou des héroïnes,

à travers cette crise, ils n’accomplissent pas soudain leur destin :

Ils sont exactement tels qu’ils étaient avant le Covid :

quand leur sort touchait bien moins leurs contemporains.

 

Ils.elles ne sont pas devenu.e.s des héros ou des héroïnes,

mais la faillite est collective : juste un fin mur mitoyen

entre l’échec écrasant des politiques

et le triste aveuglement des citoyens.

 

Ils.elles ne sont pas devenu.e.s des héros ou des héroïnes,

mais ils restent victimes du manque de moyens,

parfois même victimes de certains comportements hostiles,

alors qu’on leur confie nos vies et celles de nos doyens.

 

Ils.elles ne sont pas devenu.e.s des héros ou des héroïnes,

ce sont des femmes et des hommes avec un chemin,

avec une vocation : soigner les autres, jour et nuit,

soigner les corps qu’on met entre leurs mains,

 

Alors moi, plutôt que de leur dire « merci », aujourd’hui,

je préférerais leur dire qu’on sera là, demain,

pour qu’ils ne sacrifient plus leur propre santé morale, physique,

pour se faire l’écho de leurs cris, de leurs alarmes, de leurs besoins.

 

On sera là en tant que proches, voisins, amis, famille ;

on sera là, à notre tour aux petits soins, attentifs,

on sera là pour les pétitions, les élections, les manifs,

pour porter les revendications, être des soutiens actifs.

 

On sera là, pas pour applaudir mais pour résister,

avec des mots, des films, des articles, de la musique.

On sera là, unis, refusant qu’on fasse encore rimer

« restrictions budgétaires » avec « santé publique ».

 

Si vous voulez les appeler « héros » ou « héroïnes »

alors soyez-en dignes et devenez-en un, vous aussi,

car il n’y aura de place ni pour l’indifférence ni pour l’égoïsme

quand ça sera à nous  de sauver ceux qui sauvent nos vies.

 

 

Je dédie ce poème à tous les soignants  qui accomplissent l’immuable rituel de ceux qui veillent sur la vie, chaque jour, partout dans le monde, telles des sentinelles,

de ceux qui opèrent à ceux apaisent, de ceux qui nettoient à ceux qui prescrivent les remèdes, de ceux conduisent les ambulances à ceux qui effectuent les tests, je dédie ce poème à chaque maillon de la chaîne.

Je le dédie aussi à ma belle-sœur, infirmière, Florence, que j’aime tant et que je vois – toujours masquée et à plus d’1m50- mener la bataille avec force et persévérance,

cette bataille, elle ne la mène pas depuis un mois, mais depuis des années, il faut le dire dans une – plutôt- générale indifférence,

la détresse du personnel soignant, le stress, l’épuisement, la surcharge de travail, les conséquences sur leur santé sont bien trop souvent passés sous silence.

Je suis convaincue qu’un hôpital ne sert qu’à soigner les gens, les aider à guérir, apaiser leur souffrance, pas à suivre des logiques austères de rentabilité, de productivité, de croissance.

Alors, quand viendra l’heure des bilans, je nous souhaite, à tous, d’ouvrir nos yeux, nos oreilles et nos cœurs bien grands et de prendre nos responsabilités, tous ensemble, pour une métamorphose, collective et résiliente.

Colette Nys-Mazure : « À Marie Madeleine Mpembe Olongo (Peepe) »

Françoise Lison-Leroy : « Hommage à un enfant »

                                                                                      de la part d’amis proches,

                                                                                    

                                                                                      à la famille d’un enfant victime d’une chute chez lui

                                                                                      en cette période de confinement

                                                                                      

Nous voudrions tant le rattraper

(*prénom de l’enfant)

ce petit frère qui court devant

le tenir par la main

le serrer dans nos bras

 

Il s’est évadé

notre amour l’accompagne

jusqu’à toujours

 

Comment vous rejoindre

(*prénoms des parents

*prénoms des frères / sœurs)

et tous les vôtres

 

Nous voilà près de vous

avec nos fleurs des champs

nos mots doux    impuissants

et nos larmes

mêlées à tant d’autres

 

(*prénom de l’enfant)

                                       est chez vous

dans la cabane de vos cœurs

votre jardin demeure le sien

le chagrin borde

son sommeil

 

Le printemps

nous parlera toujours de lui

nous l’entendrons plus fort

plus vrai

 

En passereau

en étoile

en nuage

entre tous nos regards

circule

sa présence

 

Françoise Lison-Leroy, 6 avril 2020

*Comme prévu avec les amis de la famille, l’anonymat est préservé.

 

 

Françoise Lison-Leroy : « Un pas plus près »

                                                                                                               À Monsieur Marc Wilfart

                                                                                                            21 mars 1949 – 15 avril 2020 

 

 

Un printemps t’a mis au monde

un autre t’arrache à nous

 

Entre une date et l’autre

tu nous as tant donné

l’été                       l’automne

et même l’hiver

puisqu’en chaque saison

s’allumait ton sourire

 

 

Papa

ta vie résonne en nous

comme une mélodie

nous voilà              désarmés

sur la partition douce

que tu laisses en nos cœurs

 

 

L’envol rythmé des Blackbirds

Roch Voisine et sa fièvre

la batterie             les cadences

moteurs et belles voitures

–    passions mêlées   –

et cet élan

vers ceux que tu conseilles

à l’heure des décisions

 

 

Un pas plus près de nous

ton épouse     tes enfants

tout l’amour dans leurs yeux

à travers les années

– bonheurs, chagrins soudés –

mille ombres et mille étoiles

à repérer ensemble

 

 

Nous te reconnaîtrons

dans la lumière du jardin

les pensées et les roses

et la haie bien taillée

 

 

Tu seras là

–espiègle et complice –

entre nos regards

dans les pas des enfants

dont tu étais si fier

 

 

Nous te suivrons

sur ce chemin tracé par vous

maman et toi

avec tant de ferveur

 

 

Tu nous tiendras la main

nous confiant l’horizon

et ce soleil tenace

à partager encore

 

 

Françoise Lison-Leroy, 18 avril 2020

Véronique Daine : « Deux arbres »

 

En hommage à Monsieur R.

 

Par la fenêtre, deux arbres.

L’un pousse de guingois.

L’autre offre ses branches.

Console.

Épaule.

Apaise.

 

Par la fenêtre, deux arbres.

Deux arbres enlacés dans une étreinte d’arbres.

Troncs mêlés, racines enchevêtrées.

 

Ce temps est un temps de racines.

 

Pour nous qui sommes séparés,

nous qui sommes meurtris par cette séparation,

plus que jamais peut-être,

c’est le temps des racines.

 

Racines qui viennent de l’amont

et poussent leurs attaches profond dans notre terreau.

Racines qui s’en vont vers l’aval,

s’en vont vers nos enfants

qui à leur tour les conduiront plus loin encore.

 

G. connaissait l’importance des racines.

Amoureux de jardin, il savait que sans elles,

toute semence meurt.

Il avait pour la vie qu’il confiait à la terre

les gestes d’amour et de tendresse

qui préparent les récoltes généreuses.

 

*

Par la fenêtre, deux arbres.

L’un vif, tout en tendresse de feuilles.

L’autre sec, déserté par la sève.

Pourtant, des deux, c’est lui, l’arbre mort,

qui épaule et console.

Et apaise.

 

Oui, c’est bien un temps de racines.

Un temps pour éprouver avec quelle force

ces attaches nous lient

vers l’amont

et vers l’aval.

 

C’est un temps pour apprendre des arbres.

Un temps pour savoir que, même ôtés à nos bras,

ceux qui meurent continuent d’offrir leurs branches.

 

Du jardin où désormais il soigne d’autres semences,

G. continue de conduire vers nous ses racines.

Pour nous épauler.

Nous consoler

Nous apaiser.

Encore et encore.

 

Véronique Daine

Lisette Lombé

 

Parmi les tristes, je me tiens debout.

Pas moins triste que les autres, juste capable de t’invoquer à travers nos larmes, debout.

 

Te sens-tu apaisé.e là où tu te trouves à présent?

Es-tu entouré.e des personnes que tu voulais retrouver?

Cet endroit est-il aussi doux qu’on ne l’apprend aux enfants?

Tes souffrances passées ont-elles été effacées de ta mémoire?
Les mots « Grand Amour de ma vie » ont-ils encore un peu de sens pour toi là-bas ?

Restes-tu rassasié.e de ton passage parmi nous?
Te souviens-tu de nous?

Nous entends-tu? Nous vois-tu?

 

Nous avons tellement besoin de savoir que tu es arrivé.e à bon port.
Tellement besoin de savoir que tu n’es pas seul.e et que tu n’as pas froid.
Tellement besoin d’un OUI.
Pas forcément là maintenant, pas forcément à notre oreille.
Juste un petit OUI.
Même dans une porte qui semblera claquer sans vent.
Même dans un cadre qui semblera avoir bougé de quelques millimètres.
Même dans une brindille, une fleur, une fumée, un pépiement, une aube, une pluie.

 

Choisis ton signe, choisis ton baiser mais dis-nous OUI.

Caroline Lamarche : « Pour Jacques De Decker »

Pour Jacques De Decker, parti le dimanche de Pâques, 12 avril 2020

 

Ami, ne t’en déplaise,

nous voici encore sur ton chemin

nous que tu as encouragés ou célébrés

selon notre état de vivants ou de morts.

 

Ami, tu as pensé à nous

manieurs de plumes diverses

avant de penser à toi-même

semeur infatigable de tes admirations.

 

Ami, notre être fait de mots

– ceux-là qui nous manquent aujourd’hui –

te salue en juste désarroi

avec une maladresse fraternelle.

 

Ami, c’est un printemps glacial,

net et coupant comme un miroir

qui te voit t’éloigner de ceux qui t’aiment

dans une discrétion voulue par

cette saison qui nous enferme et s’empare

de nos mots comme la brise souffle le pollen

poussière infime, cendre dorée

fécondatrice des confins.

 

Ami, tu te semais à la volée

prodigue non de toi-même

mais de ton amour de la beauté

de ta passion à la répandre.

Paisible ami, bien malgré toi

tu as pour nous ouvert tes traces.

 

Qui marchera à ta suite

sera plus vif, plus curieux et plus brave.

Qui mettra ses pas dans tes pas

dira à celles qui t’ont pris par la main

à l’heure de ton brusque départ

que nos cœurs battent pour le tien.

Voor Jacques De Decker, heengegaan op paaszondag, 12 april 2020

 

Lieve vriend, je vindt het toch niet erg,
maar alweer staan we op je pad
wij die je hebt aangemoedigd of geprezen
naargelang we in leven waren of overleden.

 

Lieve vriend, je dacht altijd eerst aan ons
die onze eigen pen hanteren

voor je aan jezelf begon te denken
die onvermoeibaar je lof uitstrooide.

 

Lieve vriend, ons binnenste gemaakt van woorden

– woorden waaraan het ons vandaag ontbreekt –

stuurt je zijn onbeholpen hartenkreet
vol gemeend verdriet en verbondenheid.

 

Lieve vriend, op deze ijskoude lentedag,
helder en vlijmscherp als een spiegel
zien we je weggaan van je geliefden
een en al discretie zoals vereist in
dit seizoen dat ons opsluit en onze woorden
steelt zoals de bries het stuifmeel op laat waaien
nietig stof, gouden as
die de uiterwaarden bevrucht.

 

Lieve vriend, je zaaide jezelf kwistig rond
gul niet alleen met jezelf
maar met je liefde voor schoonheid
met je verlangen haar uit te strooien.
Vredige vriend, in weerwil van jezelf
heb je voor ons je weg gebaand.

 

Wie je stappen volgt
zal viever zijn, benieuwder en kordater.
Wie in je voetspoor treedt
zal zeggen aan je vrouw je dochter die je hand
vasthielden op het moment van je bruuske vertrek
dat ons hart voor jouw hart klopt.

 

Vertaling: Katelijne De Vuyst

 

 

Rose-Marie François (poème en allemand)

Ce poème est dédié à « toute famille d’une infirmière victime du Covid 19 ».

 

Anerkennung

 

Liebe kranke Krankenschwester,

Du Opfer des Covids 19 ! Liebe

Familie der Krankenschwester,

auch meine Familie !

 

Denn auch meine Mutter

war Krankenschwester,

sogar im Krieg, also

schon längst pensioniert.

Aber sobald Covid 19 ausbrach,

meldete sie sich :

so sind einmal unsere Schwestern.

 

Ihren Schwestern

frischen Mut einflüstern

war ihr Wunsch.

Jede von ihnen,

die sich dem Sensemann ergibt,

nimmt sie da oben auf.

Und weint einfühlungsvoll

mit den Familien,

denen sie frischen Mut einflüstert.

 

Aber, da staunen wir :

da oben, wo die liebe

Liebessonne scheint,

feiern sie zusammen

das Fest des Wiedererkennens

und der warmen Anerkennung.