• Poète National

    Depuis le 29 janvier 2014, la Belgique a son propre Poète National.

    Il s’agit d’une initiative littéraire du Poëziecentrum de Gand, de La Maison de la Poésie et de la Langue Française de Namur et de l'organisation littéraire VONK & Zonen d’Anvers, en collaboration avec Passa Porta de Bruxelles. Depuis 2015, la Maison de la Poésie (Amay), le fiEstival maelstrÖm (Bruxelles), le Poème 2 (Bruxelles) et les Midis de la Poésie (Bruxelles) ont également rejoint le projet.

    L’idée s’inspire du concept de « Dichter des Vaderlands » qui, grâce à la Fondation Poetry International, existe depuis 2000. Ce titre est un projet d’échange littéraire établissant des ponts entre les trois communautés linguistiques de notre pays.

    Le Poète National belge est désigné pour une période de deux ans et sa mission est d’écrire au minimum six poèmes par an sur diverses thématiques de notre pays. Avec l’aide du Collectif des traducteurs de Passa Porta, tous les poèmes sont disponibles sur ce site dans les trois langues nationales et par le biais des partenaires médias participants : De Morgen, L’Avenir et GrenzEcho. Depuis janvier 2016, le journal Le Soir soutient également le projet.

    Le titre honorifique, décerné en 2014 au poète néerlandophone Charles Ducal, a été cédé, ce 27 janvier 2016, à la poète francophone Laurence Vielle.

    Le but du projet étant que le poète choisi provienne à chaque fois d’une communauté linguistique différente.

12 poèmes

Le Poète National belge est désigné pour une période de deux ans et écrit au minimum six poèmes par an sur diverses thématiques de notre pays.

Un projet d’échange

Ce titre est un projet d’échange littéraire établissant un pont entre les trois communautés linguistiques de notre pays.

3 communautés linguistiques

Le titre honorifique, décerné en 2014 au poète néerlandophone Charles Ducal, a été cédé cette année à la poétesse francophone Laurence Vielle. Le but étant que le poète choisi tous les deux ans provienne à chaque fois d’une communauté linguistique différente.

Collectif des traducteurs

Avec l’aide du Collectif des traducteurs de Passa Porta tous les poèmes sont disponibles dans les trois langues nationales par le biais des partenaires médias participants : l’Avenir, De Morgen et GrenzEcho.

L'histoire du "Poète National"

D'Horace à Emile Verhaeren

La fonction de Poète National remonte à l’époque Romaine où le titre « Poeta Laureatus » était remis aux poètes dont le travail pour le Capitole était particulièrement remarqué et apprécié. Ces élus portaient une couronne de lauriers en hommage à Apollon. Horace, entre autres, (en 17 av. J.C.) a reçu ce titre honorifique.

Chez les Anglo-Saxons, le Poète National était appelé « Poet Laureate ». À la cour de Grande-Bretagne, les rois avaient dans leur suite, un ménestrel ou un barde, dont la tâche était de chanter les louanges du roi. Le Roi Charles 1er attribua pour la première fois, en 1616, le titre de « Poet Laureate » à Ben Jonson. En 1668, le « Poet Laureate » obtint un statut royal officiel, lorsque Dryden reçut le titre. Depuis lors, le poète est nommé à vie. En Angleterre, le lauréat écrit des poèmes pour la Cour et lors d’événements nationaux. À la mort d’un lauréat, le Premier Ministre est chargé de nommer des éventuels successeurs parmi lesquels le roi fait un choix. Après la mort de Ted Hughes en 1998 – il avait gardé le titre pendant 14 ans – le poète Andrew Motion a été nommé en 1999. Motion a, entre autres, écrit des poèmes lors des attentats du 11 septembre, lors de la mort de la Reine Mère et un poème contre la guerre d’Irak. Le Poète Lauréat reçoit traditionnellement une rétribution annuelle. Depuis 2009 Carol Ann Duffy est « Poet Laureate ».

Depuis 1937, les États-Unis ont aussi leur Poète Lauréat. Celui-ci est nommé par la Bibliothèque du Congrès pour une période de huit mois. Aux États-Unis, le Poète Lauréat est également Consultant en Poésie auprès de la Bibliothèque du Congrès, sa tâche étant de rendre la poésie accessible à un plus large public. La Bibliothèque limite les tâches spécifiques du Poète Lauréat au minimum. Les nouveaux lauréats sont libres de développer leurs propres projets. Chaque nouveau lauréat donne une nouvelle interprétation à son statut. L’un compose une anthologie, un autre écrit des colonnes sur la poésie, un autre encore organise des programmes de poésie, présente des lectures dans les écoles et les universités ou travaille à la promotion de la poésie via internet. Joseph Brodsky, qui fut le Poète Lauréat américain en 1991 et 1992, lança le projet de présenter la poésie dans les lieux publics comme les supermarchés, les hôtels, les aéroports et les hôpitaux, projet qui fut également adopté aux Pays-Bas, lors de la journée nationale de la poésie, entre autres. Désormais, chaque état des États-Unis a son propre Poète Lauréat.

Depuis 2000, les Pays-Bas ont aussi leur Poète National. Le premier Poète National fut Gerrit Komrij suivi de Simon Vinkenoog (2004-2005) et de Driek Van Wissen (2005-2008). En 2009, Ramsey Nasr fut nommé nouveau Poète National. Son élection a suscité un large débat dans le monde de la poésie car l’interprétation qu’il a faite du titre a considérablement fait évoluer la fonction de Poète National. Depuis 2013, c’est Anne Vegter qui porte le titre.

C’est moins connu mais la Belgique a aussi eu un Poète National officiel. En effet, en 1899, le poète flamand d’expression française, Emile Verhaeren, fut nommé « Poète National » par le roi Albert Ier. Le poète quinquagénaire était alors au sommet de sa renommée. Il était une des figures de proue d’une nouvelle génération d’écrivains. Ses œuvres ont été traduites dans la plupart des langues européennes. Il a donné des allocutions dans toute l’Europe, jusqu’à Moscou et Saint-Pétersbourg.

En 2014, Emile Verhaeren a donc eu son premier successeur en la personne de Charles Ducal et c’est aujourd’hui au tour de Laurence Vielle de prendre la relève. Cette distinction honorifique lui est décernée à l’initiative conjointe des deux plus importants centres de poésie de Belgique et de la nouvelle organisation littéraire VONK & Zonen.


Sources:

Q&A

 Qui est à l’origine de cette initiative ?

Le projet Poète National a été créé à l’initiative du Poëziecentrum de Gand, de La Maison de la Poésie et de la Langue Française de Namur et de la nouvelle organisation littéraire VONK & Zonen d’Anvers, en collaboration avec Passa Porta de Bruxelles.

Depuis 2015, la Maison de la Poésie (Amay), le fiEstival maelstrÖm (Bruxelles), le Poème 2 (Bruxelles) et les Midis de la Poésie (Bruxelles) ont rejoint le projet.

Quelle est la fonction du Poète National ?

Le projet Poète National est un projet d’échange littéraire établissant un pont entre les trois communautés linguistiques de notre pays. Le Poète National belge est désigné pour une période de deux ans durant laquelle il écrit au minimum six poèmes par an sur diverses thématiques de notre pays. Le titre honorifique, décerné en 2014 au poète néerlandophone Charles Ducal, vient d’être cédé à la poétesse francophone Laurence Vielle. Le but est que le poète choisi tous les deux ans provienne à chaque fois d’une communauté linguistique différente. Ce projet revêt également une fonction sociale, à savoir révéler quel rôle la poésie peut jouer dans le débat social.

Le Poète National est-il un projet politique ?

Non. Il ne s’agit pas d’un projet nationaliste, ni belgiciste, mais d’un projet littéraire à l’échelle nationale créé par respect et intérêt pour la poésie issue des trois communautés linguistiques de notre pays. Ce projet transcende les frontières linguistiques, dans l’esprit du nouvel accord de coopération culturelle entre la Communauté flamande et la Communauté française. Il vise à stimuler les échanges littéraires et culturels à travers toute la Belgique.