Aurélien Dony : « Sur les tambours »

Pour Jean-Claude Crommelynck

 

Eh, copain, ami,

J’ai tourné retourné des vers

Dans un terreau de larmes

De mots convenus sur des airs d’église

Ecrit ligne à ligne des poèmes de départ

Mais merde quoi

Que ferais-tu vraiment

D’un poème de départ

Un poème-couronne pour fleurir ton absence

Pour évoquer tes jours comme jauniraient tes livres

Souligner le silence qui se colle à tes pas

Pleurer sur ton blouson la cigarette absente

S’apitoyer enfin sur ta voix qui s’est tue

Allez

J’entends ton rire gonfler le vent

Eh, camarade, ami, je ne veux pas ne veux pas non

Ecrire des vers comme on regrette ou comme on pleure

Des vers comme il pleut sur les mots

Des vers comme ça quoi sérieusement

T’en aurais fait

Bois pour le feu

Le cœur serré tous tes copains

Battent tambour pour ton départ

Tous les copains, les camarades,

Chopent tes vers comme des parpaings

Tous tes copains, tes camarades,

Se tiennent droit.e.s sur le pavé

Et font putain monter un chant

À creuser des trous de lumière

À même les collines du Néant

Ecoute un peu putain leur voix

Ecoute un peu comme c’est la tienne

Ecoute un peu ça qui vrombit

Qui grouille pour te donner racines

Pour te faire arbre parmi les arbres

Pour te porter comme un fanal

Ecoute un peu sûr que leurs vers

Se parfument pas à l’hémistiche

À la césure, à la rimes riches,

À la charogne d’un sonnet,

On bat tambour, on gueule j’te dis

On gueule tes mots comme tu tenais

Tête à la mort,

Tête à l’immensité du vide

Tête aux refrains des plaines mornes

Tête à la fatigue édentée

Tête aux logiques mercantiles

Tête à tout quand tout méprise

Arrache, insulte, profane, écrase

Tête à ce qui

N’est pas lumière

Tête, tête, tête, tenir tête

Tête, tête, tête, tenir

Eh, copain, camarade

Tu nous auras appris

Qu’on peut tenir, putain

Tenir

Et là

Tu vois

Si nous tenons

Malgré le choc

Malgré l’ébranlement certain

Qu’a provoqué ta volte-face

Si nous tenons

Pour peu qu’on tienne

C’est qu’aujourd’hui

On prend exemple

Ceejay

Sur tes racines

On se plante profond

On s’enracine

Puis quoi on fait bouger nos branches

Pour un salut à la hauteur

Des cimes où t’as posé ta voix

Carl Norac : « Pour Mawda »

POUR MAWDA

 

On a dit qu’elle est tombée de la voiture.

On a dit qu’on n’avait pas tiré.

Mais la courte flamme a bien fusé

sous le toit de la sirène vrombissante.

Alors, on a dit qu’on visait un pneu,

pas cette joue d’enfant transpercée,

mais ce pneu qui aurait envoyé

le monde valdinguer.

On a dit, on a médit, on a redit.

On dit souvent tant de choses.

 

Son nom était chantant, beaucoup de a

et deux w pour adoucir : Zaak-Mawda Shawri.

Pour elle, son pays avait le bruit

d’un papier que l’on déchire.

Deux ans de vie, ballottée aux frontières,

épelant Angleterre comme un bout de prière,

suivant les marchands de misère,

elle attendait ce calme, vous savez bien:

le silence qui vient sans qu’un cri ne l’annonce.

Qu’a-t-elle pu comprendre ensuite

de la folle poursuite, des hurlements, puis rien ?

 

Mawda est morte face aux plaines de mon enfance,

grisées de vert, aux pâturages sans âge,

rues brisées qui courent vers les bruyères,

où le temps passe seulement quand il y pense,

où le vent converse d’abandon avec un sapin, un saule

ou avec quelque ruminant posé ici de toute éternité.

De ce paysage jamais flamboyant

mais que rien ne rompt ou ne fend,

elle n’aperçut que le soir le plus rouge.

 

Quitter un pays qui se déchire comme une page

pour mourir à cause du seul papier qu’on n’a pas.

On dit souvent tant de choses.

Trop de choses. Mais les mots manquent parfois.

 

 17 mai 2018, sur l’E42, près de Maisières,

un procès pour entendre une vérité

à Mons le 23 et 24 novembre 2020

Manza : « Mon monument, échos d’héritage »

à ma mère, Bentaleb Fadila 04.11.20 

Repose en paix ma Reine. 

 

Enfance vers une errance,

sécheresse historique, terres arides,

besoin de délivrances,

parcourir des centaines de kilomètres,

quitter son village natal pour survivre

ou refuser de disparaître,

rassemblements de familles entières

vers l’inconnu d’une ville

où la vie nous deviendrait un peu plus tranquille,

à pieds de Al Houceima à Tétouan,

faire en sorte que continue l’héritage du sang,

laisser derrière soi nos souvenirs de laboureurs,

trouver un coin de paix

où, après les périples, un peu de repos, un peu de bonheur

mais on a rien sans rien alors les bas, on les prend comme des âmes sœurs,

sans courber l’échine

car on a été éduqué dans le code de l’honneur

 

Nos mères et pères tantôt unis, tantôt divisés, sales histoires de biens,

de dettes et de « qui va t’épouser ? »

Plus rien à laver, le linge sale, c’est l’infamie !

Querelles ancestrales,

mutilant toute une famille,

jusqu’à aujourd’hui ruminer sa rancœur,

se sentir abusé, trop souvent trahi comme humilié

et à part un marabout plus personne pour communiquer,

traverser les enfers des mensonges,  le cœur scié à en chier,

quand un père fait tous les choix même de toujours tout décider,

même dans le mauvais, tire les ficelles,

nous livrant à destins de polichinelles!

Eduquer dans les traditions berbères,

à la guerre comme à la guerre!

 

La paix? On ne la trouvera qu’une fois poussières…

Reste pour s’évader: le souvenir des berceuses « Lala Bouya »

de nos mères, entendre l’appel à la prière

résonner dans le silence de nos galères

mais la famille c’est la famille,

on pardonne même si on n’oublie pas,

parce que rifains, nous sommes, au Rif, on reviendra…

si on s’en va c’est pour mieux y revenir

dans la peine ou dans la joie

comme le soleil au ciel, on lui appartiendra…

Fin

Pascale Toussaint : « À Evelyne »

À Evelyne

Roses de la vie blanches roses rouges

Roses de l’amour roses de la mort

Roses de la vie que tu n’as pas eu

Le temps de cueillir roses de l’amour

Tu les redoutais tu les espérais

Ces dates fleuries ces jours de bouquet

Où les autres toutes les autres femmes

Savent qu’on les aime et pourront aimer

La vie et l’amour roses de la vie

Roses de l’amour rouges blanches roses

Roses de la mort roses qu’on te jette

Toi qui as compté jusques à soixante

Soixante printemps ou soixante hivers

On jette sur toi nos regards moroses

Ta vie sans vie fut sans fleurs sans couleurs

On jette sur toi dans ce trou béant

Toi qu’on ne voit plus toi qui es partie

On jette des fleurs roses de la vie

Qui ne reverront jamais plus le ciel

On jette en ce trou des brassées de roses

Roses de la vie roses rouges blanches

Roses de la mort roses de l’amour

Perrine Estienne : « Simon »

Simon

 

Salut Simon,
De ton histoire, on m’a dit l’humour et l’amitié, la détresse et la maladresse aussi, le goût des
récits, du dessin…
De ta vie, on m’a raconté
Bali, rugby, Nigeria, manga

 

Manga… mot japonais signifiant esquisse malhabile, dessin au trait libre ;
Se lit autrement, se découvre par la fin.

 

Salut Simon,
De droite à gauche,
Libre de regarder ailleurs,
D’entraîner le rire, le toucher, la vie.

 

Tourne une page,
Avec incompréhension, tristesse.

 

Tourne encore, avec toi cette fois,
Trouve amour et réconfort,
Quel que soit le sens de lecture.

 

Philippe, Michel, Thomas, Julien et Joy
Raconte-nous Simon, et dis-leurs :

 

De droite à gauche, de haut en bas,
Entre texte et image,
Rappelle-nous à toi.

 

Salut Simon,
Salut… « sauvé », « heureux »
Et si fin pouvait aussi être début ?
Salut,
De joie et d’amour, dont tu proviens
Et au-delà,
Simon, salut.

À Simon, sa famille et ses proches.

Laurence Vielle et Carl Norac : « Où que le coeur se pose »

Pour Martine et en amitié avec Ludivine

 

Nous sommes à portée d’un souffle,

ce seul souffle qui nous sépare devient un monde.

Nous sommes à portée d’un battement,

ce battement, où que le cœur se pose,

en son absence soudaine devient un monde.

Mais j’étais à tes côtés, souffle et battement,

ciel dans la main, partage de chaleur.

Tu as franchi le seuil, j’étais là

comme tu le fus, toi qui vivais pour les autres.

La nuit ne sera jamais une couverture

pour celle qui la drape seulement,

par les mots, de transparence.

Sans pathos, ni ostentation,

nous voilà,

simplement, comme tu l’aimais :

être au cœur des choses,

avec cette façon d’être au jour

à la fois discrète et intense.

Avant de rejoindre la vague, tu as dit :

« J’ai fait tout ce que je voulais faire ».

Tu n’es plus là, mais nous sommes.

Au bout du souffle, du battement,

où que le cœur se pose.

Nous sommes à portée d’une main,

le ciel de ta main, ta main qui moissonnait,

pour toujours au cœur de la mienne

les enfants que tu aidais sont au bout de mes lèvres

et je contemple l’horizon pleine de ton regard

Nous regardons le monde

Je compte le temps qui file

le temps qui nous sépare qui s’égrène et se compte

le temps qui nous rapproche

car à l’horizon de la vague

nous sommes unies je le sais

tu es la fleur du bouquet de ce jour

et la lumière de ce ciel,

l’air très doux nous caresse.

Nous sommes à portée d’un souffle

ce seul souffle qui nous sépare devient un monde.

Et c’est le nôtre, maman, pour toujours notre monde,

offert au monde entier.

Tu es à mes côtés

souffle et battement, transparence,

ciel dans ma main, partage de chaleur.

Toi qui as tant donné,

ton don tant que je vis

ne cessera de croître.

Maman, merci.

Aliette Griz : « Tout jour là »

Pour les parents de F.

 

Chaque seconde, chaque souffle est une victoire

Qu’on ne mesure pas

Chaque clin d’œil

Un ange comète passe

S’achève la trajectoire

D’une vie légère

À porter

Une vie

Cachée dans l’éternité

La perfection d’un espoir

 

Qui décide qui peut vivre ?

Chacun.e donne tant de secondes

Chaque jour élastique

Charge pour des mois et des années

Chacun.e pressé.e de vivre

D’accumuler

 

Des étapes dans les bouches

Une naissance

Et l’amour possible

La vie prénommée

Aimer

Chacun des jours ensemble

Une unique aventure

 

Aimer

Toutes les secondes illimitées

Aimer celui qui vient

Aimer celui qui part

Et dans l’intervalle accordé

S’assurer

Qu’il ne sera pas oublié

 

Il y a des rencontres éphémères

Des vies à longue-vue

Des vies microscopes

Cadeaux trop vite disparus

Douleur trop vite apparue

Quelque chose d’inaudible

À dire

 

Chercher des mots

Les yeux fermés

Des mots pour embaumer

Une comète précieuse qu’il faut apprendre

À laisser repartir

Alors qu’elle venait juste

D’arriver.

Jacques Sojcher : « Hommage à Marcel Moreau »

Pour Hélène

 

Marcel, tu es le fils de Dionysos.

Tes livres emportent, comme dit Nietzsche,

« au-delà de tous les livres ».

Tu es soulevé, soûlé. L’instinct chez toi

est devenu rythme. C’est ta vocation.

Tu es voué aux mots qui dansent.

Ton Verbe libère de la grammaire,

de tous les bons usages.

Une respiration plus large ouvre ton corps

à une messe d’amour.

Tu célèbres le Sacre de la femme,

de l’infante roumaine,

de la reine de la nuit  de chair.

Tu affoles les sens,

tu ouvres le sens à l’insensé.

Tu dévores tout ce que tu vois,

entend, goûte, sent.

Tu fais de la vie une fête

pour nous pousser à quitter

tout ce qui rapetisse et dénature la nature.

Tu invites à une Cène,

où coulera le vin sans mesure.

Tu reçois tes amis, que tu régales d’une daube

que tu  as préparée toute  la journée.

Tu es un ogre doux.

J’entends ton rire à ces mots.

ta vois éraillée dans la fumée de ton cigarillo.

Demain,tu te lèveras de grand matin

pour écrire en escaladant la page

pour aller au – delà de toi.

C’est ta fruition ordinaire

( ce mot trouvé dans le vieux dictionnaire Furetière)

dont tu  as fait ta morale des épicentres.

Je t’ai rencontré un jour avec Julie ou la dissolution,

à la presque moitié se ma vie.

J’ai donné à ma fille ce prénom : Julie.

Tu es devenu son parrain

Toujours plus, tu vois, de ma famille.

Tu es le plus vivant des vivants.

Je t’aime.

Yves Namur : « Tombeau pour la unième nuit »


Un poème d’Yves Namur pour Salah Stétié, immense poète libanais d’expression française connu dans le monde entier et décédé à Paris le 19 mai 2020. Nous savions l’amitié d’Yves Namur pour ce poète et nous le remercions d’avoir accepté d’écrire ce magnifique Tombeau.

                                                                 

À la mémoire de Salah Stétié

 

I

Et je te vois :

Tu marches

Sur nos paupières, sur nos vies

 

Qui s’épuisent à compter les mots

Oubliés au fond du puits,

 

Sur la neige que tu avais semée

Avec le blé des amants effacés

 

Et même sur un nuage de roses

Que tes abeilles se disputent encore.

 

 

II

Je te vois,

Toi que l’ange à l’épée longue

Poursuit pour de nouvelles  fiançailles

 

Avec la fraîcheur et le temps

Insaisissable qui habite la rosée

 

Et les larmes d’un poème, celui

Qu’on écrit sous la lampe des tristesses.

 

Toi qui viens à ma rencontre

Parce qu’il te faut partir avec la robe

 

Ôtée de la colombe et tes mendiants

De pluie ou de perles amoureuses.

 

 

CODA


Tu me tends la main

 

‒ Comme tu le faisais sous le toit

Des dormants et des pleureuses

 

Penchées sur l’or et le silence ‒,

 

 

Et tu me dis :

Regarde, l’éternité

Est peut-être là qui marche sur nos mains

 

Ouvertes comme les livres

Et leurs infinies fabriques du bleu.

 

(22 mai 2020)

 

 

 

 

 

 

Philippe Leuckx : « Pour C. »

Écrit pour C., ce jeudi 14 mai.

 

Ton courage tu le portes

comme les mains soudées à ton guidon

sans jamais rompre

l’attention ni la vigilance

ni le cœur qui va

avec

Tu luttes chaque jour

pour un rien de patience

que tu offres

comme une fleur à la joie

des tiens

Tu te hisses haut

et tes mains joignent

le temps et l’amour

ce bonheur en partage

que vous vivez ainsi

sans en perdre une goutte

Parfois un peu de temps

perle aux lèvres

comme une sève de vie

qu’on protège du doigt

et qui conserve intacte

votre belle lumière d’

ensemble