• Les poèmes de la patrie

    Lisez ici tous les poèmes écrits par Els Moors dans le cadre de sa mission.

    Le mercredi 24 janvier 2018, dans les locaux de Passa Porta, Els Moors a dévoilé au public et à la presse son premier poème en tant que Poète Nationale.

    Abonnez-vous à la lettre d’information pour ne rater aucun poème de la Poète Nationale.

Troisième poème de Carl Norac en tant que Poète National

« Dans le cadre de l’action « Fleurs de funérailles », les échanges que j’ai eus avec la famille mettaient en lumière la sensation que les morts sont aujourd’hui des chiffres. Paradoxalement, alors qu’on n’a jamais autant parlé d’une maladie,qu’elle occupe toutes les pensées et les médias, celles et ceux qui en sont victimes semblent rendus plus anonymes, une statistique chassant celle de la veille. »

 

Ce chemin-là

 

Sur ce chemin-là, les morts sont devenus des chiffres.

Tu as appris la biologie, les lois du monde le plus immédiat.

Tu connais même des mots obscurs et anciens pour parler du soleil.

Cependant, tu ne vois plus ces morts qui échappent à notre regard.

Alors, comme un sursaut en ton confinement,

tes pensées vont leur propre sentier, libres,

tu aspires à ce que se dessine au moins un visage,

une main peut-être fermée, mais avec des lignes franches.

Est-il encore humain l’homme-chiffre, droit comme un 1,

2 pour tomber moins vide ensemble, courbé comme 3,

assis en 4, fuyant en 5, cœur à l’envers 6,

puis 7 rigide, en 8 pour une dernière danse,

redressé fier en 9 avant de tomber ?

Peut-on encore lui rappeler avant qu’il ne repose

la chanson désobéissante de son enfance ?

Ou lui dire comme ça, sur ce chemin-là :

« Tu as combattu quelques invisibles, ri, aimé, persiflé,

envoyé promener, conclu, protesté, désarmé,

tu as heureusement fait des folies de ton sort,

tu t’es trompé, tu as donné raison ou tort,

tes pas t’ont emmené parfois derrière le temps.

Alors Amie, Ami, même illusoires, si éphémères,

que ces quelques lignes t’enlèvent un instant

de la misère des ombres et des nombres.

Ici n’est pas litanie, ni fol espoir,

mais que la nuit te soit douce

comme une aube arrivée un peu tard :

qui que tu sois, qu’on t’aie tenu ou pas la main,

tu deviens plus que jamais ce chemin.

 

 

Poèmes-vidéos

 

 

Une initiative du Soir et du Poète National

 

Index :

Maya Racha lit Taha Adnan : lire le texte (+ accès vidéo)

Manuela Sanchez lit Eric Brognet : lire le texte (+ accès vidéo)

Laurie Degand lit Thibaut Creppe : lire le texte (+ accès vidéo)

Almamy Barry lit Véronique Daine : lire le texte (+ accès vidéo)

Antoine Cogniaux lit Aurélien Dony : lire le texte (+ accès vidéo)

Thierry Hellin lit Charles Ducal : lire le texte (+ accès vidéo)

Babetida Sadjo lit Aliette Griz : lire le texte (+ accès vidéo) 

Benoît Verhaert lit Gioia Kayaga : lire le texte (+ accès vidéo)

Thierry Hellin lit Corinne Hoex : lire le texte (+ accès vidéo)

Isabelle De Hertogh lit Caroline Lamarche : lire le texte (+ accès vidéo)

Pietro Pizzuti lit Werner Lambersy : lire le texte (+ accès vidéo)

Alexandre von Sivers lit Pascal Leclercq  : lire le texte (+ accès vidéo)

Adia Panteleeff lit Karel Logist : lire le texte (+ accès vidéo)

Fabrizio Rongione lit Lisette Lombé : lire le texte (+ accès vidéo)

Jean Luc Piraux lit Veronika Mabardi : lire le texte (+ accès vidéo)

Marie Paule Kumps lit Christian Merveille : lire le texte (+ accès vidéo)

Françoise Gillard lit Yves Namur : lire le texte (+ accès vidéo)

Pietro Pizzuti lit Carl Norac : lire le texte (+ accès vidéo)

Marianne Basler lit Jean-Luc Outers : lire le texte (+ accès vidéo)

Florence Hebbelynck lit Francisco Pittau : lire le texte + accès vidéo)

Jessica Fanhan lit Béatrice Renard : lire le texte (+ accès vidéo)

Marie Paule Kumps lit Milady Renoir : lire le texte (+ accès vidéo)

Bernard Yerlès lit Timotéo Sergoï : lire le texte (+vidéo)

Adia Panteleeff lit Peter Theunynck : lire le texte (+ accès vidéo)

Nicolas Buysse lit Vincent Tholomé : lire le texte (+ accès vidéo)

Hélène de Saint-Père lit Anne Versailles : lire le texte (+ accès vidéo)

Benoît Verhaert lit Laurence Vielle : lire le texte (+ accès vidéo)

Eliot Jenicot lit Jean-Pierre Verheggen : lire le texte (+ accès vidéo)

 

Bernard Yerlès lit Timotéo Sergoï : lire le texte

 

Maya Racha lit Taha Adnan : lire le texte

 

Thierry Hellin lit Charles Ducal : lire le texte

 

Pietro Pizzuti lit Carl Norac : lire le texte

 

Benoît Verhaert lit Laurence Vielle : lire le texte

 

Babetida Sadjo lit Aliette Griz : lire le texte

 

Françoise Gillard lit Yves Namur : lire le texte 

 

Eliot Jenicot lit Jean-Pierre Verheggen : lire le texte

 

Laurie Degand lit Thibaut Creppe : lire le texte

 

Antoine Cogniaux lit Aurélien Dony : lire le texte 

 

Almamy Barry lit Véronique Daine : lire le texte 

 

Manuela Sanchez lit Eric Brognet : lire le texte

 

Nicolas Buysse lit Vincent Tholomé : lire le texte

 

Marie Paule Kumps lit Christian Merveille : lire le texte

 

Hélène de Saint-Père lit Anne Versailles : lire le texte

 

Fabrizio Rongione lit Lisette Lombé : lire le texte 

 

Florence Hebbelynck lit Francesco Pittau : lire le texte

 

Isabelle De Hertogh lit Caroline Lamarche : lire le texte

 

Jean Luc Piraux lit Veronika Mabardi : lire le texte

 

Benoît Verhaert lit Gioia Kayaga : lire le texte

 

Jessica Fanhan lit Béatrice Renard : lire le texte

 

Thierry Hellin lit Corinne Hoex : lire le texte 

 

Adia Panteleeff lit Karel Logist : lire le texte

 

Alexandre von Sivers lit Pascal Leclercq : lire le texte

 

Marianne Basler lit Jean-Luc Outers : lire le texte 

 

Pietro Pizzuti lit Werner Lambersy : lire le texte

 

Adia Panteleeff lit Peter Theunynck : lire le texte

 

Marie Paule Kumps lit Milady Renoir : lire le texte

 

Lire l’article : ici

 

 

Une initiative du Soir.

 

 

Avec le soutien de la Loterie Nationale et ses joueurs.

 

12ème poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

Le dernier poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale. Le 14 février, l’anthologie de ses poèmes Nationaux apparaîtra sous le titre Knalpatronen / Pyrotechnies / Knallkörper

 

Réfugié

 

halte ! laisse-moi pleurer et penser à toi

mes chameaux délaissés mugissent sous

les éclairs fulgurant au désert

le vent attise les feux que j’ai abandonnés

 

près de ton corps brûlant tu m’es

plus cher que tout l’or que je

possède mais sans ton amour mon

plaisir est devenu un serpent cruel

Read More

11e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

L’avant-dernier poème d’Els Moors: des voeux pour le nouvel an.

Courageuse

 

je ressens un grand désir de

jeter aux ordures cette vieille année

j’éprouve encore les bords coupants de son été

et toutes ses autres saisons

 

à la fin de toute chose un humain

reste simplement un humain

et ça vaut aussi pour moi –  désarmée

prête dans cette lumière d’hiver embrumée

Read More

10e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

À la fin du mois d’août, notre Poète Nationale, Els Moors, a séjourné à la Letterie, à Ostende. Elle y a côtoyé quelques écrivains, « échoués » sur la côte belge le temps d’une résidence, ainsi que son successeur, Carl Norac. Carl, fraichement installé à Ostende, leur a proposé ses premières impressions de la ville balnéaire en photos et celles-ci ont inspiré les écrivains résidents. Ce séjour a donné lieu à un « Gesamtkunstwerk », une œuvre d’art totale, en allemand. Ce nouveau poème, « Leçon de vol » en fait partie.

 

Leçon de vol

 

voici la rumeur de la mer mais dans cette ville
en mémoire des vagues qui échouent sur la plage
résonne toujours d’abord le chant rond des mouettes
allant d’un sifflement affolé sur

Read More

9e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

500 ans après la mort de Léonard de Vinci, le Festival Musica Divina met à l’honneur cet Homo Universalis. A la demande de l’aile poétique du festival, Poesia Divina, la poète nationale Els Moors a écrit un psaume sous la devise : ‘de klank van Da Vinci’ [le son de De Vinci].

Le poème se veut presque une interprétation libre de la lettre que de Vinci a écrite à Ludovico Sforza, dans laquelle il fait principalement l’éloge de ses propres arts de la guerre. Ce n’est qu’à la fin de cette lettre qu’il mentionne qu’il peut faire n’importe quoi dans le domaine des arts. D’où le choix du titre : « En poésie, je peux faire tout ce qu’il est possible de faire ».

Ce poème sera présenté en live pour la première fois, cet après-midi à 17h00 à Poesia Divina à Herentals. Vous trouverez tous les détails pratiques ici, la représentation est gratuite !

Read More

8e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

Greta Thunberg a réveillé les dirigeants du monde lundi dernier (23.09.19) avec son discours enflammé sur le climat au sommet des Nations Unies à New York. L’activiste suédoise pour le climat est depuis longtemps une source d’inspiration dans la lutte pour des mesures climatiques plus strictes, en particulier chez les jeunes. Cette année, des étudiants ont afflué dans les rues pour réclamer une politique de lutte contre le changement climatique, encouragés par les premières séances d’absentéisme de Thunberg. Cela n’a pas échappé à notre Poète Nationale, Els Moors : elle s’est inspirée, pour sa chanson de protestation, des slogans vus lors des différentes marches à Bruxelles. Sa chanson a été reçue avec un tel enthousiasme que des traductions spontanées ont été proposées – comme la traduction française du futur Poète National Carl Norac – de sorte que « Hoe heter hoe beter » devient aujourd’hui un poème national officiel.

Read More

7e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

Le réalisateur Dominique Henry et la Poète Nationale Els Moors ont collaboré autour de la création d’un documentaire mettant en lumière le canal Charleroi-Bruxelles et celui de Willebroek. Dominique a entrepris ce voyage, inspiré par l’idée du Tour de Belgique réalisé par Els et Laurence Vielle. Ce septième poème de notre Poète Nationale résulte des pérégrinations le long des canaux belges et se pose, en quelque sorte, comme la bande-annonce du documentaire.

 

Read More

6e poème d’Els Moors en tant que Poète Nationale

Écrit à l’occasion de Yser 2018, organisé par VONK&Zonen, en commémoration de la Grande Guerre.

 

mort tu es plus belle

que la fille d’ambre

qui sort ici de l’ombre

son visage capte

Read More

5e poème d’Els Moors en tant que Poète nationale

Ruisbrousse. Un manuel pour la Forêt de Soignes est un projet développé par le Poète National, Poëziecentrum et Projet Horizon+. La Poète Nationale Els Moors, accompagnée de l’écrivain et musicien Dirk Elst, se sont immergés dans la Forêt de Soignes. Leurs expériences et enregistrements sonores ont constitué la source d’inspiration des poèmes d’Els. Le manuel fournit des informations sur les projets développés par Horizon+ telles que les portes d’entrées ou les corridors naturels qui renforcent la forêt et les zones environnantes.

 

démesurément profonde

et haute outre mesure

et longue et large

 

je me sens comme

flottant au hasard dans l’ampleur

du vent

 

aspirée

vers un commencement

ne trouvant rien

 

qui n’ait déjà

ailleurs voulu naître

à la vie

 

fracassée par

une pure lumière

aveugle

 

je suis

sans image

reposant

 

dans tout ce qui

indivisible coule

de par le monde

 

L’union que l’homme spirituel sent avec Dieu, lorsque celle-ci se révèle à l’esprit comme étant sans fond, est profonde, haute, longue et large, et tout cela sans mesure. Dans cette révélation, l’esprit se rend compte que, grâce à l’amour, il s’est immergé au-delà de lui-même, dans la profondeur, qu’il est passé au-delà de lui-même en hauteur, et qu’il s’est échappé à lui-même dans la longueur. Il se sent égaré dans la largeur, habitant une connaissance inconnue. Il se sent encore s’écoulant au-delà de lui-même dans l’unité, à travers le sentiment de l’union et de l’adhésion à Dieu, et à travers une mort totale qui le fait trépasser dans la vie vivante de Dieu, là où il sent qu’il est une seule vie avec lui.

De : La pierre brillante. Les sept clôtures. Le sept degrés de l’amour. Livre des éclaircissements,
p.58-59, Jan van Ruusbroec, ed. Abbaye de Bellefontaine, Bégrolles-en
Mauges, 1990, vert. Louf, A.

Read More

4e poème d’Els Moors en tant que Poète nationale

Ce poème est inspiré des dernières paroles du Christ « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font », de leur interprétation par Haydn et de la nouvelle Lenz de Georg Büchner. 

 

je veux mourir dans ces montagnes

mais je marche encore

sur la tête

les orteils dans la brume

 

ce bois glauque tremble sous moi

et si je pouvais mettre la terre trempée près du poêle

pénétrer les tempêtes

du cosmos un jour tout absorber

 

la bouche grande ouverte

je me pencherais en avant
mais quand je m’allonge la terre
me fuit infime comme une étoile errante

elle disparaît

dans un grand courant

 

Avec le soutien de la Loterie Nationale et de ses joueurs.

Ce texte, sans titre, est le premier d’un cycle inspiré des sept dernières paroles du Christ qui sera porté sur la scène du Théâtre aan Zee d’Ostende pour la première du spectacle, le vendredi 3 août.

 

3e poème d’Els Moors en tant que Poète nationale

Dans le cadre de Dichter bij Beeld Middelheim, autour du travail « Baigneuses », de Luciano Fabro.

Read More